Rassemblement des 5000 élus Cfdt

Publié le 22/10/2013 à 17H13
Bon, il faut le dire, 5 000 élus Cfdt dans une même salle, ça fait du bruit ! Si au milieu de tout ça, vous intégrez 250 Aquitains, du Public et du Privé, beaucoup d'orange et des témoignages de terrain, vous vous dites que le syndicalisme Cfdt, c'est quand même autre chose.

C'est bien ce qui s'est passé le 10 octobre dernier, au Parc des Expositions de Paris.

Cet événement, c'était l'occasion pour les instances confédérales de remercier en premier lieu tous les adhérents, militants et élus Cfdt, qui ont œuvré aux bons résultats de la représentativité syndicale nationale. Plaçant la Cfdt (29,7% des voix) en deuxième position, à moins d'un point de la CGT (30,6% des voix) !

C'était aussi l'opportunité de renforcer les liens qui nous unissent, de mettre en avant notre force de négociation, tant au travers d'exemples nationaux que locaux.

Combattre le sentiment de désespérance présent chez beaucoup de salariés, prouver que nous pouvions être acteur du changement au sein du monde du travail.

Les témoignages des copains des Finances Bretagne, d' Electrolux, de Monoprix en région Parisienne, de l'EPR de Flammanville (réacteur nucléaire de dernière génération), d'une usine d'aluminium Rio Tinto en Savoie ou encore, plus proche de nous ,des ASF (Autoroutes du Sud de la France) ont été riches d'enseignements et d'émotions parfois.

Égalité Hommes/Femmes, conditions de travail, confrontation des points de vue, contrats de travail, anticipation des mutations économiques, proposition de solutions durables...beaucoup de militants présents auront pu se reconnaître, si ce n'est sur le sujet, au moins sur la méthode. Négocier, proposer, obtenir des résultats pour et avec les salariés.

En guise d'interludes, plusieurs petits spots sur les préjugés et stéréotypes associés au syndicaliste, traités avec humour et dérision (cf. page facebook de « Cfdt.aquitaine »).

Véronique Descacq, Patrick Pierron, Hervé Garnier, Thiébaut weber (secrétaires nationaux) se sont succédés à la tribune, afin de faire le parallèle avec nos négociations nationales du moment : ANI du 11 janvier, retraites, formation professionnelle...

Le propos se voulait volontariste, rassurant, pour « dédramatiser la proposition d'adhésion » comme le précisera un des invités.

Enfin, c'est Laurent Berger, le Secrétaire Général de la CFDT qui est venu conclure cette journée, fustigeant le comportement d'une partie du Patronat et de certaines Organisations Syndicales ancrés sur des positions dogmatiques. Donnant au passage au grand public l'image d'un immobilisme destructeur, qui nourrit encore un peu plus les détracteurs du dialogue social.

Le Secrétaire Général de la Cfdt a conclu ses propos en martelant que « ce combat pour l'emploi, beaucoup d'entre vous le mène en ce moment dans les entreprises et collectivités...notre syndicalisme est un syndicalisme d'engagement. Nos réussites, c'est vous ! ».

16 h 30, clap de fin, les troupes sortent du Parc des expos des souvenirs plein la tête, chacun s'engouffre dans une bouche de métro, une partie prend la direction de la Gare Montparnasse.

Sur le trajet du retour, dans le TGV, beaucoup continueront de commenter les paroles des uns et des autres, les anecdotes relevés au détour d'un stand fédéral, d'autres, bercés par les claquements réguliers des roues du train sur la voie, fermeront les yeux, peut-être plus sereins.