CPRIA : oui au développement de l'apprentissage !

Publié le 24/10/2014 à 15H11
La Commission Paritaire Régionale Interprofessionnelle de l'artisanat souligne, à travers ce communiqué de presse, l'importance de l'apprentissage pour accéder à un métier. La CFDT Aquitaine fait partie de cet organisme paritaire.

L’APPRENTISSAGE, PASSERELLE EVIDENTE POUR L’ACCES AUX METIERS  
L’apprentissage c’est bien sûr et d’abord une forme d’éducation alternant périodes scolaires et périodes en entreprises, permettant ainsi la meilleure façon de se former et de trouver un emploi (80% des apprentis embauchés à l’issue de leur contrat d’apprentissage dans l’artisanat).  
L’apprentissage école de la vie qui forme à un métier mais notamment pour les plus jeunes des apprentis sur les aspects respect d’autrui, de la valeur travail, de la valeur des choses. La thématique « construire sa vie ». L’apprentissage et son aspect « ascenseur social »  qui permet très concrètement  en quelques années si on le souhaite de monter une entreprise artisanale ou d’en reprendre une et ainsi de s’accomplir. De très belles réussites constatées et de réelles opportunités. 

UNE VOLONTE UNANIME AFFICHEE PARTOUT ET DE TOUS D’ASSURER SON DEVELOPPEMENT MAIS ... Des freins on le sait bien d’ordre financier (rémunération et droits des apprentis, aides aux entreprises), psychologiques (l’apprentissage longtemps cantonné aux « déçus » du système scolaire, l’image des métiers, …), administratifs (le lien pas toujours facile entre apprenti - centre de formation - maitre d’apprentissage, la paperasserie, …), réglementaires  (l’interdiction de certains travaux pour les mineurs, ...) et économiques (la relative difficulté à trouver des entreprises d’accueil en période de crise comme actuellement,  ...).
Ces freins ont été identifiés par le Président de la République  lors des Assises de l’apprentissage du 19 septembre 2014 comme ont été annoncés divers leviers. L’Etat souhaite 500.000 apprentis par an à horizon 2017 alors qu’il y en a « que »  420.000 actuellement. Banco ! Les leviers (l’Etat qui montre l’exemple, aides revalorisées aux entreprises et Centres de Formation des Apprentis, meilleure implication de l’Education Nationale) vont dans le bon sens mais ce ne sera pas suffisant pour atteindre cet objectif.

NOS PROPOSITIONS POUR DEVELOPPER L’APPRENTISSAGE
- Favoriser toutes les formes de découverte des métiers tout en restant sous statut scolaire. Trouver le dispositif le plus souple possible comme l’étaient les classes préparatoires.  
- Développer le nombre des Maîtres d’apprentissage, qualifiés, pour le meilleur accueil.  
- Arrêter d’opposer travail intellectuel et travail manuel, souvent complémentaires, et parce que les études ne sont pas une garantie d’emploi (150.000 jeunes par an qui sortent du système scolaire sans aucun diplôme).  - Obtenir pour les Centres de Formation des Apprentis (CFA) de meilleurs moyens en répartissant plus équitablement le produit de la Taxe d’apprentissage. 

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS