Handicap : Rencontre avec une mandatée au FIPHFP

Publié le 27/10/2014 à 11H02
Marie-Hélène (Trialle-Noël) est mandatée au FIPHFP. Quèsaco ? C’est un fonds créé pour favoriser l’égalité des droits et des chances, auprès d’un public qui doit malheureusement parfois faire face aux regards méfiant, à la peur de la différence. Par son engagement, MH participe à l’insertion professionnelle et au maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap dans la fonction Publique.

Qu’est-ce plus précisément que le FIPHFP ?

C’est le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique, né en juin 2006, après la parution de la « loi du 11 février 2005 » pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ».

C’est un établissement public à caractère administratif géré par la Caisse des Dépôts et consignations. Un comité national définit les orientations générales, et 26 comités locaux les déclinent en région. Il couvre les 3 champs : Etat, Hospitalière et Territoriale.

Le comité local d’aquitaine, sous la présidence d’un représentant du Préfet de région,  comprend 38 membres (titulaires et suppléants) : représentants des employeurs publics, d’associations de personnes handicapées, des personnes compétentes dans le domaine du handicap (sans voix délibérative) et des représentants des organisations syndicales.

Quelles sont les structures concernées ?

Toutes les structures publiques de plus de 20 salariés ETP (équivalent temps plein) sont assujetties à l’obligation d’employer au moins 6 % d’agents bénéficiaires de l’obligation d’emploi (B.O.E.).

Le recrutement dans la fonction publique est possible par contrat aidé, contrat d’apprentissage ou concours (selon des règles de chaque fonction publique). Le taux d’emploi légal dans les 3 fonctions publiques d’Aquitaine atteint 5,64 % au 1er janvier 2014 :

- 5,97 % dans la FPT.

- 5,30 % dans la FPH.

- 3,79 % dans la FPE (poids très important de l’Education Nationale qui révèle le nombre encore insuffisant de travailleurs handicapés diplômés de l’enseignement supérieur).

Qui en sont les bénéficiaires ?

Les personnes ayant la reconnaissance de la qualité de travailleurs handicapés « RQTH ».

Tout travailleur qui rencontre des difficultés à travailler dans de bonnes conditions suite à la dégradation de l’état de santé du fait d’une maladie ou d’un accident (le médecin du travail prononce une aptitude au poste avec aménagements ou une inaptitude avec reclassement professionnel). Nous avons recensé 7161 BOE (une majorité de femmes à plus de 56 %, et plus de 60 % ont entre 41 et 55 ans). Pour les 3 Fonctions Publiques d’Aquitaine, 416 agents ont bénéficié de ces aides en 2013.

Comment cela fonctionne t-il ?

Dès le handicap reconnu et pour être maintenu dans son emploi, l’agent public rencontre le référent handicap de sa structure (services déconcentrés de l’Etat, Centre Hospitalier, Centre de Gestion de son département, service de médecine professionnelle de sa collectivité). Des aides techniques et humaines peuvent être sollicitées auprès du FIPHFP : aménagement du poste de travail, mobilier ergonomique, organisation des transports et aide aux déplacements avec aménagement du véhicule, financement de formations pour la réorientation professionnelle, etc.

Les employeurs publics peuvent également augmenter l’accessibilité de leurs bâtiments et faciliter l’accès ou le maintien des travailleurs handicapés : 33 programmes Accessibilité destinés à 636 agents publics en Aquitaine ont été financés par le FIPHFP en 2013.

Il faut rappeler que l’obligation de rendre accessibles tous les bâtiments recevant du public, initialement prévue en janvier 2015, a été repoussée  selon les structures entre 3 et 9 ans !

Les employeurs des structures importantes peuvent passer convention avec le FIPHFP et s’engager à mener des actions sur plusieurs années : sensibilisation et formation de tout leur personnel à l’accueil et à l’intégration de personnes handicapées, recrutement direct et indirect de BOE, actions de maintien dans l’emploi…

Signalons la création du PACTE Territorial, outil de collecte et d’échanges de pratiques pour les 3 fonctions publiques de notre région et le Plan Régional pour l’Insertion des Travailleurs Handicapés (PRITH) mis en place avec le service public de l’Emploi.

Quel est ton rôle dans tout ça ?

En 2010, j’ai été mandatée par la CFDT Aquitaine en tant que suppléante, puis comme titulaire depuis 2013 (en remplacement de Philippe Combeau).

En tant que membres du comité local, nous étudions les projets de conventions des employeurs publics et votons le financement qui sera versé en plusieurs fois.

L’engagement est assorti de bilans intermédiaires, quantitatifs et qualitatifs, afin de s’assurer de la bonne utilisation des fonds publics et de la réalisation des objectifs avancés dans la convention.

Une centaine (103 exactement) ont été signées depuis la mise en route de ce dispositif : les Centres de Gestion 24 / 33 / 40 et 47, les Centres Hospitaliers de Dax, Pau, Blaye, le CHU de Bordeaux, les villes de Mérignac et Bordeaux (avec CCAS), l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire, l’Institut des Jeunes Sourds de Gradignan, etc.

Quelle satisfaction en tires-tu ?

Si on peut être satisfaits de l’évolution positive et des changements des mentalités en faveur de nos collègues travailleurs handicapés, il faut signaler que le combat n’est pas gagné, loin s’en faut. La différence fait souvent peur et le handicap psychique et mental n’est toujours pas accepté dans le milieu du travail, par méconnaissance et manque d’accompagnement en matière de ressources humaines.

Le Président du FIPHFP, M. Montané, conseillait dans une interview « de ne  pas regarder la personne en fonction de sa déficience mais plutôt en fonction de sa force, de sa motivation, de ses compétences et de sa conviction ».

Ce mandat est passionnant à plus d’un titre, j’y retrouve les valeurs CFDT de solidarité et d’émancipation !

 

http://www.fiphfp.fr/Le-FIPHFP/En-region/Le-FIPHFP-dans-votre-region/Aquitaine