Signature (64 - Pays Basque) : La Cfdt obtient des résultats

Publié le 21/03/2014 à 14H57
Le 17 décembre dernier, la direction de Signature, leader européen de fabrication de panneaux routiers (filiale du groupe Vinci), a annoncé un plan de sauvegarde de l’emploi menaçant 40 postes sur les 224 que compte l’entreprise implantée à Urrugne (Pyrénées-Atlantiques).

Depuis cette date, la CFDT Signature, seul syndicat, n’a cessé d’agir pour convaincre la direction avec un contre-projet détaillant l’ensemble des mesures d’accompagnement à mettre en œuvre. Sourde à ces revendications, la direction s’est murée dans une situation de blocage.

Face à cette attitude irresponsable, la CFDT Signature a choisi, avec force et détermination, une stratégie de mobilisation dans plusieurs directions. D’une part, auprès des élus, des représentants de l’État et de la DIRECCTE : la CFDT les a alertés sur la situation des salariés et de l’entreprise pour qu’ils interviennent auprès de la direction du site. D’autre part, auprès des salariés : la CFDT a montré à la direction sa ferme volonté à obtenir un traitement du PSE à la hauteur des moyens financiers du groupe Vinci. Enfin, auprès des citoyens : la CFDT a multiplié les actions de terrain dans le département ces dernières semaines.

Cette exposition médiatique, ainsi que la mobilisation sans faille de plus de 80 % des personnels, de l’ouvrier au cadre, ont amené la direction à améliorer sensiblement son projet de PSE.

La CFDT Signature a signé un accord sur les mesures d’accompagnement largement amélioré dont voici les mesures principales : ouverture aux départs volontaires, le nombre de licenciement sec passe de 29 à 15, le congé de reclassement de 6 mois à 12 mois, rétribué à 80 % du brut contre 65 % initialement, le reversement de 75 % du solde du congé de reclassement dans le cas d’un reclassement rapide, maintien du salaire assuré pour tous pendant 12 mois, prise en charge du déménagement et prime d’installation, prise en charge des frais de formation à hauteur de 20 000€, aide à la création d’entreprise pouvant s’élever à 15 000€ et une prime de licenciement ne pouvant être inférieure à 10 000€.

La CFDT Signature se félicite de cette avancée. Elle continue à contester les licenciements et la future organisation du site et elle veillera néanmoins à poursuivre la mobilisation des salariés pour, une fois le PSE achevé, démontrer l’absurdité des motivations de ce plan. La CFDT entend continuer à porter son contre-projet d’accord pour assurer l’évolution et la pérennité du site et le maintien de ses emplois.