Raynal et Roquelaure: La réponse du berger à la bergère !

Publié le 14/02/2013 à 16H49
Dans un article du Sud Ouest, publié le 8 Février 2013, concernant la distribution de 10 M€ aux actionnaires de la société Raynal et Roquelaure, le DRH de cette société fait la déclaration suivante : _« C’est complètement faux. Il n’y a pas eu de versement de dividendes aux actionnaires ni en 2010, ni en 2011. Quant à 2012, le bilan de l’année n’a même pas encore fait l’objet d’une réunion. Il s’agit sûrement là d’une confusion de la part de l’avocate. »_

En préambule, Nous rappelons que Me Elise Brand n’a jamais employé le mot « dividendes », ni dans la presse, ni au TGI d’Agen. Seul le DS de la CFDT a utilisé cette expression, à l’issue de l’audience du 19 Janvier, assimilant par confusion les termes de distribution et de dividendes.

Par ailleurs, dans une communication écrite affichée dans les 3 usines du groupe, le directeur général remet une couche « Les 10 M€ auxquels il est fait allusion, correspondent à la réduction de capital de la société Raynal et Roquelaure Provence, qui a eu lieu en Mai 2012. En dépit de ce qui a pu être avancé, cette réduction n’a généré aucun flux ou gain financier… ».

Pour être tout à fait clair sur cette communication « transparente » de nos chers dirigeants, nous proposons cet extrait d’une lettre de notre expert comptable, le cabinet ECO, adressée le 8 Février à notre secrétaire du Comité Central d’Entreprise et au directeur général : " S’il est exact que la Société Raynal et Roquelaure n’a pas distribué de dividendes à son actionnaire COFIGEO, il n’en demeure pas moins vrai que  la réduction de capital de la société Raynal et Roquelaure Provence  a bien généré pour l’actionnaire Cofigeo,  bénéficiaire de l’opération, non seulement un flux financier mais aussi un gain financier.

"Des gens simples mais pas idiots"

En d’autres termes, Raynal et Roquelaure Provence, dans le cadre d’opérations de Cash Pooling, a avancé plus de 10 millions d’euros à son actionnaire COFIGEO qui de fait se trouvait donc débiteur de ces sommes envers la Société Raynal et Roquelaure Provence. La réduction de capital a ainsi permis à l’actionnaire de ne pas procéder au remboursement de sa dette.

Il est pour le moins curieux que votre directeur général ait mal interprété l’opération. D’autant que celle-ci est traduite  dans les comptes  prévisionnels 2012."

Pour l’intersyndicale*, il semble clair que nos dirigeants ne sont pas incompétents (quoi que ?). Le but de la manœuvre serait plutôt de désolidariser les salariés de leurs représentants du personnel, en dénigrant ces derniers, ainsi que leur avocate et leur expert.

Mais nous veillons au grain et nous prévenons nos dirigeants : « nous sommes des gens simples, mais nous ne sommes pas des simplets. Evitez de trop nous prendre pour des c... ! ».

*Déclaration de l'intersyndicale Cfdt 47, Cgt, Fo.