Malaise à l'inspection du travail

Publié le 08/01/2010 à 00H00
C'est dans le cadre de la mise en oeuvre du plan d'urgence pour lutter contre la souffrance au travail (discours de Xavier Darcos, fin 2009, suite à la médiatisation des suicides chez Orange / France Telecom), qu'un colloque sur la prévention des risques psychosociaux en entreprises était organisé pour les agents de l'inspection du travail d'Aquitaine (110 agents de contrôle concernés).
Malaise à l'inspection du travail
Malaise à l'inspection du travail
C'est dans le cadre de la mise en oeuvre du plan d'urgence pour lutter contre la souffrance au travail (discours de Xavier Darcos, fin 2009, suite à la médiatisation des suicides chez Orange / France Telecom), qu'un colloque sur la prévention des risques psychosociaux en entreprises était organisé pour les agents de l'inspection du travail d'Aquitaine (110 agents de contrôle concernés).

Le DRTEFP, M Lopez (NDLR : Directeur Régional du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle), animait cette journée du 3 décembre 2009, au centre Condorcet de Pessac (33). Un ergonome (M. DANIELLOU) intervenait sur le thème principal.

Au vu de la forte dégradation des conditions de travail des agents (il n’y a qu’à constater les difficultés à joindre leurs services), et afin de se faire entendre, les Organisations Syndicales (CFDT, CGT, SUD, FSU-SNU, CNT) ont décidé de bousculer l’ordre du jour de cet évènement : applaudissements intempestifs, sifflets, cornes de brume, rires, etc… et pour finir, l’interpellation orale de l’intervenant : « comment traiter des problèmes psychosociaux dans les entreprises alors que nous même en sommes victimes ? »

(…) Silence pesant !

Plusieurs autres actions ont été décidées comme par exemple l’interruption d’une réunion de direction régionale (CTRI) le 2 décembre 2009, avec lecture d’une déclaration (en PJ), une distribution d’un tract aux agents (PJ), ou encore la transmission d’un communiqué de presse (repris) à un grand nombre de médias ainsi qu’aux syndicats de salariés de la Gironde et d’Aquitaine.

L’inspection du travail ne peut plus répondre aux besoins des entreprises et des salariés.

La dégradation des conditions de travail a plusieurs origines :

- La réforme de la Fonction Publique (RGPP) en est bien sur une des causes principales. Une réforme vue uniquement sous un angle économique (non remplacement d’un fonctionnaire sur deux), sans évaluation préalable de l’action publique.

- le code du travail qui se complexifie, les thématiques de contrôles très diverses et très techniques (durée du travail, risques chimiques, TMS, Bâtiment, Prestation internationale de salariés, Stress... la liste n’est pas exhaustive), sans plan de formation ni montée en compétence bien réfléchie.

- des moyens techniques et humains (administratifs) en baisse, ce qui reporte la charge de travail sur les agents de contrôle qui ne peuvent plus exercer correctement leur métier,

- dans un contexte de crise, où les attentes et besoins des salariés sont de plus en plus forts, l’impossibilité d’y répondre à la hauteur que les agents souhaiteraient,

- remise en cause de leurs missions par les Politiques, Préfets, Députés, Employeurs, Gouvernement alors que paradoxalement, vu le coût du travail (maladies professionnelles et accidents du travail) pour la communauté, les agents sont obligés d’effectuer de plus en plus de contrôles, de campagnes d’information, etc.

Un député (M. Carrez) a d’ailleurs déjà dénoncé cela dans un rapport (PJ).

D’autres actions à venir...