Bayonne : Rébellion des salariés d'une maison de retraite

Publié le 09/04/2010 à 00H00
Les salariés de la maison de retraite "Marie Caudron" de Bayonne (64 - Pyrénées Atlantiques) se sont mis en grève, le lundi 29 mars, pendant quelques heures, pour protester contre leurs conditions de travail et le manque de dialogue avec la direction.
Bayonne : Rébellion des salariés d'une maison de retraite
Bayonne : Rébellion des salariés d'une maison de retraite
Les salariés de la maison de retraite "Marie Caudron" de Bayonne (64 - Pyrénées Atlantiques) se sont mis en grève, le lundi 29 mars, pendant quelques heures, pour protester contre leurs conditions de travail et le manque de dialogue avec la direction.

La directrice de l’établissement a modifié les horaires des personnels soignants, pour les faire travailler en coupure. Mais le fond du problème est surtout que ces salariés enchaînaient plusieurs jours en commençant à 7h30 et en finissant à 20h15, pour un durée de travail effective de 7 heures.

Cette situation, même si elle est légale, entraînait une fatigue excessive du personnel et une baisse de la qualité de prise en charge des résidants de la maison de retraite, du fait notamment de la fatigue engendrée. Les salariés ont fait part de leurs difficultés à leur directrice qui ne les a pas entendus. Ils se sont adressés au syndicat CFDT Santé Sociaux du Pays Basque, qui a dénoncé par courrier ces conditions de travail, en demandant de prendre au moins des mesures provisoires avant de réfléchir à une nouvelle organisation du travail. La directrice n'a pas voulu entendre les demandes.

Face à cet immobilisme, les salariés du service soignant se sont mis en grève entre 9 h 30 et 14 h 30 et ils ont mis sur la place publique leurs difficultés.Cela s'est traduit par une grève qui aurait pu être évité, au moment des soins, si la Direction avait accordé sa confiance à un personnel qui connaît son métier.

A l'heure où la qualité des soins pour des personnes âgées vieillissantes est l'objectif, les salariés ont voulu montrer que, même s'ils ne sont pas assez nombreux pour prendre en charge de manière satisfaisante les résidants de la maison de retraite, ils avaient le souci et l'envie de faire du bon travail à condition qu'on leur en donne les moyens.

Suite à ce mouvement et à la médiatisation du conflit, la directrice a accepté de rencontrer l'ensemble des soignants et elle a modifié l'organisation du temps de travail.

 

 


TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS