A ceux du front...

Publié le 01/07/2009 à 12H23
L'édito de la Secrétaire Générale CFDT Aquitaine, Catherine Duboscq, présente le contenu du journal interne destiné aux adhérents de la Région et les ambitions de l'organisation dans cette période difficile pour les salariés. Bien plus qu'un catalogue d'annonces, c'est aussi un projet collectif plus large pour une société plus viable.
A ceux du front...
A ceux du front...
L'édito de la Secrétaire Générale CFDT Aquitaine, Catherine Duboscq, présente le contenu du journal interne destiné aux adhérents de la Région et les ambitions de l'organisation dans cette période difficile pour les salariés. Bien plus qu'un catalogue d'annonces, c'est aussi un projet collectif plus large pour une société plus viable.

L'URI (Union Régionale Interprofessionnelle) a souhaité ce numéro spécial pour faire le point sur les impacts de la crise économique en Aquitaine et donner la parole à ceux qui font, ceux qui sont au front, c'est-à-dire les équipes syndicales dans les entreprises soutenues par leur syndicat et souvent l'interpro de proximité.
Cette crise est à bien des égards inédite partout dans le monde et a fortiori en Aquitaine, terre traditionnellement protégée grâce à une économie industrielle longtemps soutenue par l'Etat et les grands donneurs d’ordre internationaux.

Cette période semble révolue, tous les secteurs sont impactés et la crise accélère de plus l'affaiblissement entamé depuis plusieurs décennies de l'industrie traditionnelle notamment dans le bois et l'ameublement.
Alors comment arriver à traiter tous les sujets à la fois ? Comment travailler sur l'urgence sociale pour des salariés qui ne retrouvent plus d'emploi dans les métiers qu'ils occupaient avant et contribuer à l'émergence des secteurs d'activité de demain ?

Pour la CFDT, la solution passe par :
- Une formation professionnelle à grande échelle, qui mobilise la coordination de tous les acteurs pour éviter les licenciements, maintenir les compétences et les savoirs faire, former aux nouveaux métiers,
- Une aide particulière aux jeunes dont le taux de chômage est indigne d'un pays riche et moderne,
- Trouver les complémentarités au niveau des bassins d'emplois entre les différents secteurs d'activité qui ont souvent besoin de métiers identiques ou similaires.

Cette crise nous impose d'inventer de nouveaux modes de collaboration et de coopération et nous questionne sur :
- Notre rapport aux employeurs dans le cadre d'un dialogue social organisé dans les entreprises,
- Nos pratiques syndicales de la section , en passant par les syndicats, les fédérations, les URI et la Confédération,
- Notre rapport aux politiques.

Conjuguer indépendance et innovation exige de revisiter l'ensemble de ces questions qui sont autant d'enjeux pour notre syndicalisme en particulier et pour les salariés que nous voulons encore représenter plus fortement.

Ce journal est le témoignage que nous faisons, il nous faut maintenant faire savoir notre savoir faire et proposer le plus largement possible des services aux équipes qui permettent d'inscrire le traitement de court terme dans un projet collectif plus large pour une économie viable, c'est-à-dire qui ne mette en péril, ni la cohésion sociale, ni l'environnement.