[Aquitaine] Rassemblement des élus CFDT : Laurent Berger en Guest Star

Publié le 06/04/2016 à 10H01
Plus de 260 militants CFDT Aquitains réunis en cette journée particulière du 31 mars 2016. Le thème : rôle et responsabilités des élus dans le dialogue social. On ne pouvait finalement pas rêver mieux pour coller à l'actualité !

Oui, cette journée s'annonçait particulière, parce qu'occupée médiatiquement par les 340 000 à 1 000 000 de personnes (selon les sources) descendues dans la rue pour manifester leur rejet total du projet de Loi Travail (dit projet El Khomri, du nom de la Ministre en charge du dossier). Animée, car ce fut l'occasion pour certains militants de faire part de leurs interrogations concernant le bien fondé du soutien de la Confédération CFDT à ce projet, même une fois amendé.
Singulière enfin, parce que Laurent Berger était présent à ce rassemblement.
Un Secrétaire Général qui s'est posé, au nom de toute la CFDT, comme un interlocuteur investit dans les négociations en cours avec le Gouvernement.
Les propositions CFDT ont presque toutes été intégrées dans la nouvelle mouture du texte.

Le discours d'introduction de Laurent Berger à rappelé les valeurs et la vision du syndicalisme CFDT que nous portons. Il a précisé les fondements sur lesquels étaient basées les revendications de la confédération à propos de cette Loi. Il a aussi évoqué à plusieurs reprises les manquements sur la méthode (faible consultation préalable), le lobbying puissant d'une partie du patronat (hermétique aux changements), le jeu d'autres organisations (congrès CGT imminent, FO en perte de vitesse), la cristallisation de diverses peurs de la jeunesse et l'amalgame un peu trop rapide avec une destruction programmée et inéluctable du code du travail.

Répondant ensuite aux questions de militants de la Métallurgie, du secteur Défense, des Collectivités ou des Services (tous ne sont pas cités), Laurent Berger à souligné qu'il ne manquait pas d'humilité, mais qu'il ne céderait pas aux sirènes du retrait, « même si intellectuellement, ça peut être charmant, ce n'est pas le syndicalisme que nous revendiquons pour les salariés ! ». Et de relever, en réponse à la comparaison avec certaines positions d'opposition entendues ici et là : « Qui a apporté quoi aux salariés depuis 25 ans ? La CGT refuse ce débat. Nous ne ferons pas de provocations inutiles, mais nous ne nous cacherons pas, aucun complexe vis à vis d'un positionnement uniquement contestataire. Je ne considère pas que j'ai tout compris et pas les autres. On a le droit de ne pas être d'accord. Je suis là pour défendre une vision de la société, portée par la majorité des structures que vous représentez. »

Après la pause, Le SG a participé à une table ronde, écoutant les expériences, réussites et difficultés d'élu(e)s de TPE ou de collectivités dans la mise en place d'un dialogue social au sein de leur structure professionnelle. Il s'est exprimé en s'appuyant sur diverses expériences vécues ou rapportées lors de ses déplacements en France et sur les TOM. A n'en pas douter, sa disponibilité, son sens de l'écoute et sa liberté de parole ont aussi contribué à la réussite de cette journée.

L'après-midi était consacré à 6 ateliers animés par les partenaires principaux de l'événement.

En voici les thèmes :

- Loi Rebsamen : une opportunité pour renforcer la cohésion CE - OS

- Qu'est-ce qu'une action responsable pour un CE ?

- La prévention des conditions addictives au travail

- l'arrêt de travail, quel enjeu de solidarité ?

- Des élus responsables, avec des droits et des devoirs

- l'entreprise, un territoire de santé

 

Les partenaires (16 au total) ont ainsi pu présenter leurs services et échanger avec les élus venus de tout le territoire aquitain : du groupe « renouvellement générationnel » CFDT, en passant par l'économie sociale et solidaire, les mutuelles ou les services aux entreprises/collectivités.